balise européenne vers compostelleLA PLACE DE LA FEMME PÈLERINE DANS LES RÉGIONS ET PAYS FRANCOPHONE
(version détaillée)

PLAN DU SITE | Bienvenue | Motivations | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques | Pèlerinage et humour | Vidéos pour découvrir | Chansons de Compostelle | Les patronages de saint Jacques | Que penser de la marche | Conseils pratiques | La credencial | Adresses et liens | GENEALOGIE | RANDONNÉE | Nous contacter

 

 

La place de la femme pèlerine dans les régions et pays francophones

par Pierre SWALUS
pierre.swalus@verscompostelle.be

Pour la première fois en 2018, le nombre de « compostelas » décernées à des pèlerines a été égal et même légèrement supérieur à celui des pèlerins ( 164.836 contre 162.542, soit 50,35% contre 49,65%).

Les statistiques fournies par  l’Office des pèlerins à Compostelle ne permettent pas de savoir quelle est la répartition des compostelas entre femmes et hommes en appliquant des critères plus fins tels  que la nationalité ou le lieu d’origine…

Il serait cependant intéressant de savoir si cette égalité hommes/femmes  se présente de manière générale ou si au contraire elle diffère suivant le lieu d’origine des pèlerin.e.s.

Les populations étudiées

Pour commencer à répondre à cette question, je me suis intéressé au monde jacquaire francophone en cherchant à récolter des données pour la Belgique francophone, la  France, la Suisse francophone, le Québec et l’Acadie.

Pour ces différentes entités, contact a été pris avec un certain nombre d’associations jacquaires qui disposaient d’un site internet et permettaient un contact par mail, en leur expliquant mon projet et en leur demandant de communiquer le nombre et la répartition hommes/femmes des « compostelas » obtenues par leurs membres.

Dès le premier contact, il s’est avéré que les associations ne connaissaient pas le nombre de leurs membres ayant reçu la compostela en 2018. La demande a donc été modifiée en priant les associations de nous fournir la répartition par sexe des crédenciales distribuées à leurs membres, estimant que ces chiffres donnaient une bonne idée de la répartition par sexe tant des pèlerin.e.s s’engageant sur le chemin, que de ceux et celles  obtenant la compostela.  

Répartition des associations contactées et nombre de réponses obtenues

 

Type d’association

Nb.
d’associations
contactées

Nb.
de réponses obtenues

BELGIQUE

régionale

1

1

QUÉBEC

régionale

8

8

FRANCE

régionale

14

5

départementale

36

8

pluri-
départementale

2

0

locale

2

0

SUISSE

régionale

1

1

ACADIE

régionale

1

0

AU TOTAL

65

23


65 associations ont donc été contactées et 23 d’entre-elles ont fourni des renseignements.

Pour la Belgique francophone, la Suisse francophone et le Québec, les données sont complètes (la province du Québec ayant d’ailleurs rassemblé elle-même les données des différentes régionales).

Pas de réponse de l’Acadie et pour la France, seulement 13 associations sur les 54 contactées ont fourni des données (un certain nombre d’associations de France ont répondu ne pas disposer de statistiques concernant les crédenciales distribuées). Je reviendrai peut-être dans un autre article sur le peu de réactivité de pas mal d’associations françaises.

Carte des réponses obtenues pour la France

Le traitement des réponses obtenues

Ayant reçu des diverses associations la répartition hommes/femmes des crédenciales distribuées, soit en chiffres bruts, soit en pourcentages, toutes les données ont été traduites en pourcentages. Afin d’obtenir une vue globale de cette distribution  par pays, une moyenne générale des pourcentages a été calculée respectivement pour le Québec et pour la France. Ce faisant, un risque de surévaluation des associations ayant distribué peu de crédenciales existait.

Il aurait été préférable de calculer pour ces pays le pourcentage des femmes ayant reçu une crédenciale à partir de la sommes des données brutes. Une comparaison des 2 méthodes de calcul sur les 11 (sur 13) associations françaises pour lesquelles des données brutes étaient disponibles, permet de conclure que le biais est très faible : 49,36% pour la moyenne des % et 49,55% à partir des données brutes.

La répartition pèlerines/pèlerins par pays

Pays

% de pèlerines

% de pèlerins

BELGIQUE

40,05

59,95

FRANCE
moyenne des 13

49,36

50,64

QUÉBEC moyenne des 8
 

58,75

41,25

SUISSE

55,32

44,68

MOYENNE DES 23 ASSOCIATIONS

52,48

47,52

 

La moyenne générale pour la francophonie des pourcentages de femmes pèlerines (de 52,48 %) est légèrement supérieure au pourcentage de la totalité des femmes ayant obtenu la « compostela » à Santiago (50,35%).

Cependant l’examen des résultats montre des disparités assez importantes entre les différents pays : le pourcentage de femmes pèlerines de la Belgique (40,05%) est nettement plus faible que les autres pourcentages tandis que ceux du Québec (58,75%) et ceux de la Suisse (55,32) sont plus élevés.

Ces différences sont-elles significatives ou au contraire dues au hasard ?  Un test de Khi² montre que les disparités relevées ne sont pas due au hasard  et ce au seuil de 5%.

Si on pousse l’analyse plus loin en appliquant un test de Khi² en comparant individuellement les résultats des différents pays  aux résultats moyens, on constate que seuls les résultats de la Belgique sont statistiquement différents  de ceux des 3 autres entités  et aussi des  moyennes des 23 associations. L’effet du hasard sur la répartition hommes/femmes de la Belgique est à exclure du fait de l’importance de la population brute étudiée (377 crédenciales dont 151 à des femmes).

Les autres différences, comme par exemple entre les résultats du Québec et ceux de la France  peuvent être dues au hasard.

Discussion de ces résultats

Comment pourrait-on expliquer la plus faible participation des femmes de Belgique francophone au pèlerinage (40,05% contre 52,48% en moyenne en francophonie) ?

Serait-ce un phénomène wallon ou bien plutôt belge ?

Pour tester cette dernière éventualité, nous avons demandé à la « Vlaams Genootschap van Santiago de Compostela » de nous fournir le nombre et la répartition hommes/femmes des crédenciales distribuées à leurs membres en 2018.

Et surprise : cette répartition est très proche de celle de la région wallonne.

Région de Belgique

Nb. & % de pèlerines

Nb. & % de pèlerins

Nb. total

Wallonie

151 (40,05%)

226 (59,95%)

377 (100%)

Flandre

602 (42,63%)

810 (57,37%)

1412 (100%)

Un test de Kh² sur ces deux répartitions ne différencie pas ces deux populations et nous permet de dire que tant la Flandre que la Wallonie, présente un taux relativement faible de femmes pèlerines.

La Belgique serait-elle plus machiste que les autres régions francophones ?

Il semblerait cependant que non.

En effet, selon une étude de 2014, en Belgique, au sein des conseils d’administration d’entreprises, 23,2 % des membres sont des femmes alors que la moyenne mondiale plafonne à 12,7% ; « La Belgique se classe derrière des pays comme la Norvège (39,7%), la Suède (30,6%), la France (29,6%), la Finlande (29,5%), le Danemark (25%) ou encore les Pays-Bas (24,5%) mais se place devant l'Allemagne et ses 23% » (1).

Dans le domaine politique aussi, la Belgique se classe très honorablement. Voici quelques chiffres : en Belgique 45% de femmes au sénat (2) et 42% à la chambre (3) , en France en 2017 respectivement 29,2% au sénat et 38,7% au parlement (4), au Québec à l’assemblée nationale les femmes ne représentent que  27 % des élues (5).

Les deux régions du pays se classent également honorablement avec 41,3% de femmes députées en 2018 (6) pour la Wallonie  et 47,6% pour la région flamande (7).

Il faut donc chercher une autre explication.

L’explication ne pourrait-elle pas se trouver au sein même des associations de Belgique ?

Peut-être de manière indirecte et involontaire, ces associations n’inciteraient-elles pas les femmes à devenir pèlerines ? Et ici je pense à la structure des associations et plus particulièrement à la composition de leur organe de direction.

En 2018,  j’avais étudié la place de la femme dans les organes de direction des associations jacquaires françaises et wallonne et avais été frappé par la grande disparité dans les résultats (8) ainsi que par les résultats particulièrement décevants de l’association francophone.

Afin de tester cette hypothèse, la composition des conseils d’administration des associations présentes dans cette étude et le pourcentage de femmes au sein de ceux-ci ont été récoltées ou mises à jour. Pour les régionales de la province du Québec qui n’ont pas de véritable C.A., la composition des « Équipes d’animation », qui présentent différentes fonctions (animateur, secrétaire, trésorier…) très semblables à celles d’un C.A, a été pris en compte.

La répartition hommes/femmes au sein des C.A des associations

Par rapport à l’étude de 2018 qui portait sur 46 associations , la présence des femmes dans les C.A. des 23 associations francophone faisant partie de notre échantillon actuel est plus importante : en moyenne 42,68% contre 38,11%, alors qu’il y avait 15% des associations qui comptaient moins de 25% de femmes, il n’y en a plus qu’une seule (1,8 %) en 2019. Tant en 2018 qu’en 2019, une seule association ne compte aucune femme dans son C.A. : l’association francophone belge ! Justement celle qui compte le moins de femmes pèlerines…

Répartition hommes/femmes dans les C.A.

Pays

% de femmes.

% d’ hommes

BELGIQUE FRANCOPHONE

0

100

BELGIQUE NÉELANDOPHONE

33,33

66,67

FRANCE moyenne des 13

38,99

61,01

QUÉBEC moyenne des 8

52,40

47,60

SUISSE

55,56

44,44

MOYENNE  des 23 associations francophones

42,68

57,32


L’examen de ce tableau montre la disparité entre les différentes régions et pays quant à la représentation des femmes au sein des C.A. La Suisse et le Québec se distinguent par une participation plus importante des femmes, la Belgique francophone par une absence totale des femmes.

Relation entre les % de pèlerines et les % de femmes dans les C.A.?

Pays

% de pèlerines

% de femmes dans les C.A.

BELGIQUE FRANCOPHONE

40,05

0

BELGIQUE NÉERLANDOPHONE

42,63

33,33

FRANCE moyenne des 13

49,36

38,99

QUÉBEC moyenne des 8

58,75

52,40

SUISSE

55,32

55,56

La Belgique présente les plus faibles pourcentages de femmes tant parmi les pèlerin.e.s que comme membre du C.A.

Deux pays, le Québec et la Suisse ont la représentation féminine la plus haute dans les deux domaines, la France quant à elle se situe dans une position intermédiaire tant en ce qui concerne le % des pèlerines que pour le % des femmes dans les C.A.

Un test de corrélation Bravais-Pearson sur les 2 séries de 5 pourcentages donne un r = 0,880 (significatif au seuil de 5%, dl de 3).

Étant donné la petitesse des échantillons (2 * 5 données), la valeur assez élevée de ce coefficient de corrélation ne donne pas d’indication sur l‘intensité de la relation entre les deux séries de % mais indique qu’il semble bien exister une relation entre le % de femmes pèlerines des différentes régions et le % de femmes dans les C.A. de ces régions.

Il ne dit pas non plus  si c’est parce que moins de femmes d’un pays sont intéressées par le pèlerinage, que moins de femmes de ce pays s’investissent dans le C.A., ou si une causalité agit dans l’autre sens (de la composition du C.A. vers la participation des femmes au pèlerinage) ou encore, si une autre cause n’agit pas sur les 2 phénomènes.  Une cause externe aux associations est peu probable (il a été montré que la femme occupe en Belgique tant en Wallonie qu’en Flandre, une place honorable tant en politique que dans la société civile). Il ne faut donc pas exclure une cause interne aux associations qui agirait sur les deux phénomènes.

Une cause interne aux associations : mais laquelle ?

Seules, peut-être, les associations jacquaires de Belgique tant francophone que néerlandophone pourraient arriver à la découvrir.

Synthèse et conclusions

Cette  étude montre :

·       que le % de femmes pèlerines est dans la francophonie très proche du % des femmes de tous pays ayant reçu la compostela à Santiago en 2018 ;

·      que entre les régions et pays étudiés des disparités assez importantes existent  et que la Belgique francophone se distingue significativement des 3 autres pays par une proportion plus faible de femmes pèlerines ;

·       que la Belgique néerlandophone a des résultats très semblables à ceux de la Belgique francophone quant à la proportion de femmes pèlerines

·       que l’explication de cette situation ne semble pas être une position plus machiste de la Belgique par rapport aux autres pays;

·       que la Wallonie  se distingue également des autres régions par l’absence des femmes dans le C.A. de son association ;

·       qu’une relation semble exister entre  l’importance de la  présence des femmes dans les C.A. et la participation des femmes au pèlerinage.

·     que cette relation entre ces deux phénomènes n’implique pas nécessairement un rapport de causalité ; une autre cause, peut-être inhérente aux associations pourrait être à l’origine de cette relation.

 

 (1) Damien ROULETTE, « Femmes en entreprise, un indicateur de performance ? » En ligne sur le site de la RTBF : https://www.rtbf.be/ , 26 octobre 2015

(2) https://www.senate.be

(3) https://www.lachambre.be/

(4) Sandrine LÉVÊQUE, « Parité et quotas en politique », En ligne sur le site de Politika : https://www.politika.io/, consulté le 26/11/2019

(5) Conseil du statut de la femme, « La parité en politique, c’est pour quand ? », En ligne sur le site du Conseil du statut de la femme : https://www.csf.gouv.qc.ca/ , consulté le 27/11/2019

(6) Agence Belga, « Découvrez la liste des 75 députés wallons élus ce dimanche » En ligne sur le site de la Libre Belgique : https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/, 27/05/2019

(7) Agence Belga , « Élections 2019 : davantage de femmes élues mais l'égalité n'est toujours pas atteinte », En ligne sur le site de la Libre Belgique : https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/, 27/05/2019

(8) Pierre SWALUS, « La place de la femme dans le monde jacquaire » En ligne : sur le site Vers Compostelle de Pierre et Simonne Swalus : https://verscompostelle.be/placefem.htm

Mis en ligne le 06/12/2019