Balise euroéenne des chemins de Compostelleadresse facebook: Vers Compostelle L'ÉVOLUTION DU PÈLERINAGE Á COMPOSTELLE
ET DE LA POPULATION PÈLERINE

PLAN DU SITE | Bienvenue | Motivations | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques | Pèlerinage et humour | Vidéos pour découvrir | Chansons de Compostelle | Les patronages de saint Jacques | Que penser de la marche | Conseils pratiques | La credencial | Adresses et liens | GENEALOGIE | RANDONNÉE | Nous contacter

 

 

  

L’ÉVOLUTION DU PÈLERINAGE À COMPOSTELLE ET DE LA POPULATION PÈLERINE

par Pierre SWALUS
pierre.swalus@verscompostelle.be

LA CROISSANCE DU NOMBRE DE PÈLERINS ET DE PÈLERINES.

De 1990 à 2019 la population pèlerine recensée à Compostelle est passée de 4.196 à 347.578.

Le nombre de pays d’où proviennent ces pèlerins  et pèlerines passent d’une centaine en 2005 à près de 200 en 2019.

La part prise par les  pays de l’Europe de l’ouest a diminué au cours de ces années : ainsi les Espagnols qui représentaient 56,71 % de la population pèlerine en 2005 sont passés à 44,03 % en 2019(1).

Cette croissance de la population pèlerine va bien sûr s’accompagner d’une amélioration des conditions matérielles, de l’encadrement et des aides diverses au pèlerinage.

L’ÉVOLUTION DES AIDES A LA PRÉPARATION DU PÈLERINAGE

Les guides

Jusqu’en 1992, un seul guide en langue française existait pour le camino Francés : celui de l'abbé Georges BERNÉS, publié la première fois en 1973(2). Ce guide était très sommaire. Pour les autres chemins en Espagne, aucun guide n’existait.Pour la France le GR 65 (au départ du Puy-en-Velay) est le premier a être balisé en 1971 et un topo guide « Le Puy- Conques »  voit le jour en 1972. Les autres chemins en France doivent attendre les années 90 pour que des guides apparaissent timidement.

Actuellement en 2022, on ne compte plus le nombre de guides existants pour tous les chemins tant en France que dans la péninsule ibériques ou dans les autres pays européens. La qualité de ces guides papiers s’est aussi grandement améliorée : la description de l’itinéraire est accompagnée de cartes IGN, de listes d’hébergements et de services, ainsi que de divers renseignements touristiques et historiques.

Les « Miam Miam Dodo »(3) mis à jour annuellement et qui rassemblent tous les renseignements dont le marcheur a besoin, devient la bible des pèlerin.e.s.

Les nouvelles technologies

La technologie vient en complément : les traces GPX existent pour tous les chemins et des applications extrêmement complètes telles « Buen camino » sont téléchargeables sur les Smartphones. Avec « Buen camino »(4), il n’est plus nécessaire de « s’encombrer » d’un guide papier car tout s’y trouve, des informations générales, le profil et les cartes, les tracés, les hébergements avec moult détails et tous les services, les transporteurs de bagages, l’envoi des vélos…

Les associations jacquaires

Alors que en 1979 seules trois associations jacquaires  existaient dans le monde (une en Espagne, une en France et une en Allemagne (5), aujourd’hui rien qu’ en France plus de 100 associations d’amis de Saint-Jacques de Compostelle existent: associations nationales, régionales, départementales  et plus locales.

Ces associations offrent divers services aux futurs pèlerins : site internet informatif, séance d’information, crédenciale, livres et guides, liste d’hébergements, rencontre avec des pèlerins confirmés…

L’information de tous ordres

Le nombre de livres concernant le pèlerinage à Compostelle a explosé apportant une information très diversifiée : livres généraux sur le pèlerinage, histoire du pèlerinage, ouvrages touristiques richement illustrés, relation de pèlerinage…

Les émissions TV consacrées au pèlerinage se sont également multipliées et des films de fiction mettant en scène des pèlerin.es ont captivé un large public.

Les services aux pèlerins sur les divers chemins

Sur tous les chemins balisés (et ils sont très nombreux), les services d’hébergement se sont multipliés.

En Espagne, les municipalités, les paroisses, les juntes  ont créé de très nombreuses auberges à prix très modérés ; de plus l’offre d’hébergements privés est devenue très variée tant au point de vue du prix que du confort. 

En France et dans d’autres pays, de  nombreuses associations ont stimulé l’accueil à des prix très modiques, chez des particuliers, en général, eux mêmes pèlerins.

A l’initiative d’associations ou de municipalités, des gîtes d’étapes spécifiquement destinés aux marcheurs vers Compostelle ont été créés.

Enfin l’offre commerciale de logement s’est très fortement développée particulièrement sur les chemins les plus empruntés.

Le matériel

Tout les équipements de randonnée, vêtements, ponchos, chaussures, sac à dos, matériel de camping, se sont considérablement améliorés tant en qualité qu’en légèreté.

       En conclusion

Au fil du temps les aides diverses offertes aux pèlerins et pèlerines se sont multipliées et les conditions matérielles dans lesquelles s’effectue le pèlerinage se sont fortement améliorées. Partir en pèlerinage vers Compostelle est devenu de plus en plus facile. Ce qui n’a pas changé, c’est l’investissement personnel nécessaire pour se mettre en route et pour tenir sur la durée…

L’ÉVOLUTION DE LA FORME DU PÈLERINAGE

Les statistiques publiées par l’Office des pèlerins à Compostelle permettent de mettre en évidence certaines évolutions.(1)

Les pèlerinages courts

De 2004 à 2019, parallèlement à la croissance du nombre de pèlerins et pèlerines, on assiste également à une augmentation du nombre de pèlerins et pèlerines qui ne parcourent qu’une distance égale ou inférieure à 150 km. Cette dernière croissance n’est pas simplement proportionnelle mais augmente de manière plus importante, passant de 31 % à près de 52 % du total des personnes recencées à Compostelle. Ce qui signifie qu’actuellement plus de la moitié des pèlerin.es recensé.es  marchent uniquement le minimum requis pour obtenir la Compostela.

INon seulement les localités proches de Compostelle sont de plus en plus choisies comme point de départ, mais parmi celles-ci les choix se portent de plus en plus sur les lieux les plus proches de Compostelle.(6)

Pierre BAILLET illustre le phénomène pour le camino Francés, dans le graphique ci joint.

Il constate que « le nombre de départs sur le camino à partir de Sarria (pour accomplir les 100 derniers km) est supérieur au nombre de pèlerins arrivant de l’est de Sarria (près de 100 000 à Sarria (96 124) et 93 813 à l’est) » (7).

Ce  phénomène n'est pas prêt de s'arrêter ; de janvier à aout 2022, 58% des pèlerin.es ayant emprunté le camino Francés ont débuté leur chemin à Sarria.(1)

        Les pèlerinages longs

En étudiant pour quelques pays (Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Autriche et Suisse) la proportion de ceux qui partent de chez eux au cours des années 2005 à 2018, on constate que par rapport au nombre de pèlerin.es de leur pays respectifs, le pourcentage de ceux et celles qui partent de leur pays et parcourent de ce fait plus de 1.800 km, diminue fortement.

Ainsi le pourcentage des Hollandais partant de chez eux passe de 42% à 8 %, les Suisses de 26% à 13%, les Belges de 21% à 12 % et les  Allemands de 7% à 2%. Seuls les pourcentages des Autrichiens fluctuent très peu, ils oscillent entre 6,9 et 3,9 %.

       Les pèlerinages « randonnée conviviale »

Parmi les chemins qui traversent la France, celui du Puy-en-Velay est sans conteste celui qui récolte le plus de succès. Ce succès est dû essentiellement au battage publicitaire qui le promeut, à la beauté des paysages et à la convivialité vécue lors des repas partagés dans les gîtes. Du fait de son succès, cet itinéraire offre de nombreux hébergements et services.

Si environ 25.000 personnes  prennent leur départ du Puy,  bien peu de celles-ci vont à Compostelle. En 2019,  le nombre total de Français recensés à Compostelle était de 9.248. Les statistiques de Compostelle nous apprennent aussi que pour la même année, seulement 3.180 ont pris leur départ au Puy-en-Velay(8).

La randonnée la plus fréquentée est « Le Puy-Conques ». Le COMPOSTEL’BUS fait journellement le trajet aller-retour pour rapatrier les marcheurs et marcheuses(9).

       La marche allégée et les réservations longtemps à l’avance

Sur les principaux chemins, le transport des sacs à dos et des valises fait florès et s’accompagne nécessairement d’une réservation du logement auprès d’un hébergeur privé [les auberges publiques refusant les pèlerins avec valises ou faisant transporter leur bagage (sauf raison de santé)]. Ces réservations se font de plus en plus tôt : des semaines et parfois des mois à l’avance. A certaines périodes de l’année il devient difficile de trouver à se loger si l’on n’a pas réservé ! Certains hébergeurs privés(10)., plaçant le service aux pèlerins et pèlerines au dessus de l’aspect commercial refusent cependant cette pratique et en regrettent l’extension.

       Le turigrino

Le tourisme pèlerin est en voie de développement et ce à la grande satisfaction de certains acteurs du chemin : le turigrino rapporte plus que le peregrino et offre de nouvelles perspectives économiques. Les agences de voyage offrant un « pèlerinage » accompagné se multiplient Une agence de Galice s’est même approprié le nom de « turigrino » et  offre 8 jours de « pèlerinage » clefs sur porte : visites organisées, transport de bagages, réservation des logements et repas, voiture balai tout au long de la journée pour répondre aux besoins : eau, fruits, médicaments et soutien de tous ordres (11).

Il est évident que chacun a le droit de choisir sa façon de voyager et de visiter mais cette forme de tourisme contribue pour une part de plus en plus large à l’encombrement de certains chemins vers Compostelle rendant le silence, la solitude, le retour sur soi recherchés par de nombreux pèlerins et par de nombreuses pérégrines, de plus en plus difficile à  trouver.

QUE PENSER DE L’ENSEMBLE DE CES ÉVOLUTIONS ?

Le moins que l’on puisse dire est que l’amélioration des aides nombreuses offertes aux pèlerins et pèlerines, aides qui devraient normalement rendre le pèlerinage plus facile à entreprendre et plus réfléchi, ne s’accompagne pas de manière visible d’une évolution positive de celui-ci.

Ces aides ont probablement contribué à l’augmentation importante du nombre de personnes marchant sur des chemins de Saint-Jacques.

Cette augmentation est-elle en soi  une chose heureuse dont il faut se réjouir ?

Qui sont ces très nombreux « pèlerins » ? Qu’est ce qui les met en route ? Que savent-ils du pèlerinage ?

On lit parfois sur Facebook sur des pages consacrées au pèlerinage des posts du genre « Je voudrais partir le mois prochain ; quel chemin me proposez-vous ? » demande à laquelle il sera en général répondu « Partez du Puy-en-Velay »…

Quelle est la motivation première de ces plus de 50% de personnes marchant le minimum requis pour obtenir la Compostela ?

Difficile de répondre à ces interrogations, difficile de conclure …

Notre conclusion ne sera pas : « et Dieu reconnaitra les siens »

 

 

(1) OFICINA DE ACOGIDA AL PEREGRINO, Statistiques , en ligne sur le site de l’OFICINA : https://oficinadelperegrino.com/en/statistics/

(2) BERNÈS Georges, Le chemin de St Jacques en Espagne (Guide du pèlerin). Comité Gascon d'études Compostellanes, Auch, 1973

(3) Guides Miam Miam Dodo, Les Éditions du VIEUX CRAYON  en ligne sur le site : Guides Miam Miam Dodo (levieuxcrayon.com)

(4) Chemin-de-Saint-Jacques (Buen Camino) : Chemin-de-Saint-Jacques (Buen – Applications sur Google Play et Apps par Buen camino sur l’App Store (apple.com)

(5) SWALUS Pierre, Les premières associations jacquaires du XXème siècle, en ligne sur le site « Vers Compostelle » de l’auteur : Les premieres associations jacquaires du XXe siecle (verscompostelle.be)

(6) SWALUS Pierre, Étude du pourcentage des pèlerin.es arrivé.es à Compostelle  en ayant parcouru moins de 150 km au cours des années 2004 à 2019, en ligne sur le site « Vers Compostelle » de l’auteur : https://verscompostelle.be/2004-2019-moins-de-150km.htm

(7) BAILLET Pierre, sur sa page Facebook : (20+) Pierre Baillet | Facebook consulté le 27/09/2022

(8) SWALUS Pierre, 30.000 pèlerins au puy-en-Velay…  et ensuite, en ligne sur le site « Vers Compostelle » de l’auteur : 30000 pèlerins au départ du Puy-en-Velay...  et ensuite (verscompostelle.be)

(9) COMPOSTEL’BUS , Horaires du Bus Aller et Retour Conques - Le Puy (bus-chemin-compostelle.com)

(10) BLANCHARD Jef et Lili, dans un post sur leur page Facebook « Écogîte La maison du Grillon & Ousteau Grigt Café »       https://www.facebook.com/groups/139870766063021/user/100058434918272/ :

(11) TURIGRINO : Site de J.Carlos ALVAREZ : https://www.turigrino.com/nosotros/   

mis en ligne : le 29/09/2022