Balise euroéenne des chemins de Compostelleadresse facebook: Vers CompostelleLA "COMPOSTELA"... REMISE EN QUESTION

PLAN DU SITE | Bienvenue | Motivations | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques | Pèlerinage et humour | Vidéos pour découvrir | Chansons de Compostelle | Les patronages de saint Jacques | Que penser de la marche | Conseils pratiques | La credencial | Adresses et liens | GENEALOGIE | RANDONNÉE | Nous contacter

 

 

 

 

LA «COMPOSTELA » … REMISE EN QUESTION

par Pierre SWALUS
pierre.swalus@verscompostelle.be

Suite à la publication de mon dernier article concernant l’impact du covid-19 sur le nombre de « Compostela » distribuées en 2020, un lecteur me faisait part de son questionnement face à cette Compostelle .

Si lors de son premier pèlerinage, il était allé chercher sa Compostelle, ce n’avait plus été le cas lors de son second pèlerinage depuis Séville.

Il me disait : « Cette démarche m’a paru infantile, et j’étais gêné pour ces pèlerins qui attendaient deux heures devant le bureau des pèlerinages (et pour les bénévoles qui distribuaient les diplômes) … »

Le questionnement de ce pèlerin m’a amené à réfléchir au sens de la Compostelle

Pour être honnête, je ne m’étais  jamais interrogé à ce propos.

Je n’ai d’ailleurs aucune connaissance d’une quelconque réflexion sur le  sujet.

Nous sommes allés mon épouse et moi plusieurs  fois à Compostelle et chaque fois nous avons été chercher notre Compostela.

Cette démarche s'inscrivait simplement dans une sorte de respect de la tradition, comme le fait aussi de mettre notre main dans l'empreinte creusée par des milliers de mains de pèlerin.e.s dans la colonne centrale à l'entrée de la cathédrale, ou de poser le front sur la tête de l’orant qui se trouve sur l’autre face …  elle n'avait pas beaucoup plus de sens que cela : répéter des gestes traditionnels séculaires.

Mais le sens de cette « Compostelle » ?

Au Moyen-Âge et au cours des siècles suivants, cette compostelle était la preuve pour les condamnés qu’ils avaient bien réalisé leur peine  et pour les simples pèlerins cette délivrance était probablement liée aux règlementations des pèlerinages car les pèlerins furent progressivement tenus d'apporter des justificatifs de leurs déplacements.(1)

Mais aujourd’hui quel sens a la Compostelle ?

L’office des pèlerins à Compostelle définit la « Compostela » comme une accréditation qui certifie que le porteur « Make the pilgrimage for religious or spiritual reasons, or at least an attitude of search…do the last 100 km on foot or horseback, or the last 200 km by bicycle. …/… to visit the Tomb of St. James. »(2)

Il s’agit donc d’un certificat, d’un diplôme.

 L’office des pèlerins en accorde aussi un autre ; un « Certificado de distancia »(3) et d’autres certificats très  récents sont attribués par des organismes locaux: le « Fisterrana », le « Muxiana » et le « Pedronia » et enfin le « Traslatio xacobea »(4)

La Compostela est un document en papier fort (conçues sans le dire pour pouvoir être encadrées). Le lieu où l’on peut se procurer un tube en carton pour la protéger est d’ailleurs renseigné.

Le fait que 40 à 50% des « Compostelle » distribuées le sont à des pèlerin.e.s ayant marché moins de  150 km(5, 6,7), est-il totalement indépendant de l’exigence d’avoir marché au moins les 100 derniers Km pour obtenir cette Compostelle ? On peut honnêtement en douter !

La « Compostelle » joue très probablement pour un certain nombre d’entre eux un rôle important d’incitant renforçant l’effet de mode découlant du battage publicitaire entourant le pèlerinage vers Santiago

L’office des pèlerins est certainement conscient de l’effet pervers d’attraction de cette accréditation.

En effet,  c’est elle qui établit et publie les statistiques  concernant les  attributions des Compostelas (portant notamment sur les lieux de départ des pèlerin.e.s) et c’est elle aussi qui, pour essayer de limiter le nombre de « faux pèlerins » venant réclamer leur attestation, exige depuis quelques années de faire apposer par tous, 2 tampons par jour sur la crédencial pour les 100 ou 200 derniers km des chemins  (You have to stamp the Credencial twice a day at least on the last 100 km (for pilgrims on foot or on horseback) or on the last 200 km (for cyclists pilgrims) et pour ceux et celles qui se limitent aux distances minimales requises, un tampons en arrivant à l'étape et le lendemain un tampon en quittant le lieu d'étape (if you only do the minimum required distance (last 100 or 200 km), you must always get your Credencial stamped at the start and end of each stage, including the corresponding date, to show that the pilgrim has resumed the Way in the same place where they last stopped (i.e. you should always get the stamp at the starting point even though you have already stamped the card in the same place at the end of the previous stage).

.Les autorités ecclésiastiques se  trouvent donc dans une position quelque peu schizophrénique, cherchant d’une part à préserver le pèlerinage en  cherchant à limiter le nombre de «faux pèlerins» mais d’autre part en utilisant, consciemment ou non, la Compostela comme « carotte » servant à attirer le pèlerin…

Il est permis de se demander si la Compostela a encore de nos jours un sens. Cette attestation, (diplôme, médaille, décoration) apporte-t-elle une valeur supplémentaire au pèlerinage ou au contraire, a-t-elle plutôt un effet pervers sur celui-ci ?

Personnellement, je penche nettement vers le deuxième terme de l’alternative.

Mais c’’est bien sûr grâce à la Compostela, que les  statistiques concernant le pèlerinage peuvent être établies.

Est-ce une raison suffisante pour ne pas en abandonner l’usage ?

Mais ce n'est pas moi qui décide...

Tout ceci étant dit, il est indéniable que la Compostela représente pour une bonne majorité de pèlerins et pèlerines le couronnement de leur pèlerinage, elle  en  marque l'aboutissement et comporte de ce fait un aspect affectif important.

---------------------------------------------

(1) FONDATION DAVID PAROU, La Compostela ou certificat du pèlerinage, En ligne sur le site de la Fondation : https://www.saint-jacques.info/

(2) OFICINA DE ACOGIDA AL PEREGRINO, La Compostela, En ligne sur le site de l’Oficina : https://oficinadelperegrino.com/

(3) OFICINA DE ACOGIDA AL PEREGRINO, Certificade de distancia,  En ligne sur le site de l’Oficina : https://oficinadelperegrino.com/peregrinacion/

(4) LEQUIEN Alain, Compostela, Fisterrana, Muxiana, Pedronia et certificat de la Traslatio xacobea,  En ligne sur le site de l’auteur : http://www.bourguignon-la-passion.fr/  

(5) SWALUS Pierre, D’où sont partis les pèlerins arrivés à Compostelle en 2017 , En ligne sur le site Vers Compostelle de l’auteur : http://verscompostelle.be/pele2017.htm

(6) BODAN Fabienne, Points de départ des pèlerins pour Compostelle 2018, En ligne sur le site Pèlerins de Compostelle de l’auteur : http://pelerinsdecompostelle.com/  

(7) OFICINA DE ACOGIDA AL PEREGRINO, Estadisticas, 2019, Procedencias, En ligne sur le site de l’Oficina : https://oficinadelperegrino.com/estadisticas2/

 Mis en ligne le 26/01/2021