Balise euroéenne des chemins de CompostelleCHANSONS DE COMPOSTELLE OU DE PÈLERINS

PLAN DU SITE | Bienvenue | Motivations | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques | Pèlerinage et humour | Vidéos pour découvrir | Cartes des principaux cheminsChansons de Compostelle | Les patronages de saint Jacques | Que penser de la marche | Conseils pratiques | Adresses et liens | GENEALOGIE | RANDONNÉE | Nous contacter

 

 

CHANSONS CONTEMPORAINES

Classées par titre et en ordre alphabétique

Clic sur l'image pour écouter.

 A Compostelle

Paroles de : Gisèle Vesta

Musique ; Guy Luypaerts

Interprétée par Irène Hilda et par Annie Cody 

(cette chansons a aussi été interprétée par  Raymond Girerd, Mireille Lacosta, Guy Marly et Les Frères Eloi)

Paroles

 

ce dernier enregistrement est soumis à des droits

Sur la grand-route de Compostelle, 
Y a une fille comptant ses pas. 
Que faites-vous donc Mademoiselle 
Pourquoi marchez-vous comme ça? 

Des pèlerins du vieux Compostelle 
Cherchez-vous  à retrouver le pas?
Au grand st Jacques êtes-vous fidèle 
Pour marcher de ce pas-là. 

Non non Monsieur, non non Monsieur, 
Répond-elle en riant aux éclat, 
Non non Monsieur, non non Monsieur, 
Mais j'apprends à danser la samba. 

Sur la grand-route de Compostelle, 
L'air attentif elle reprend le pas, 
Le bon St.Jacques du haut du ciel, 
Pour l'aider compte une, deux, trois. 

Elle est charmante la demoiselle, 
Et le monsieur voudrait bien ma fois, 
Sur la grand-route de Compostelle , 
La connaître mieux que çà. 

Mais dès qu'il veut se rapprocher d'elle, 
A reculons elle fait vite un pas. 
Hélas, je vois bien Mademoiselle 
Que vous vous moquez de moi! 

Non non Monsieur, non non Monsieur, 
N'imaginez surtout pas celà, 
Non non Monsieur, non non Monsieur, 
Mais ‘apprends à danser la samba. 

Tout essouflé, le cœur plein de zèle, 
Le monsieur fait des effets de voix, 
Pour capter l'attention de sa belle, 
Mais elle ne l'écoute pas. 

Car sur la route de Compostelle, 
Un beau garçon arrive à grand pas 
Et le monsieur voit la demoiselle 
aimant lui tendre ses bras. 

C'est Juanito, quel bonheur dit-elle, 
Ce soir il n'invitera que moi. 
Nous irons au bal à Compostelle 
Pour y danser la samba. 

Oui oui Monsieur, oui oui monsieur, 
Vous semblez n'avoir pas compris çà, 
Oui oui Monsieur,oui oui Monsieur, 
C'est pour lui que j'apprenais ce pas. 

Sur la grand-route de Compostelle, 
L'air attentif et comptant ses pas, 
Le monsieur pour plaire aux demoiselles 
Apprend bientôt la samba. 

 

 Camino del Norte

Paroles de : Béamalgame

Musique ; Fanny et Sylvain

Interprétée par Béatrice et Gilles

Paroles

Les paroles sont inscrites sur la vidéo de la chansons 

 

Compostelle

Paroles de : Fanny

Musique ; Fanny

Interprétée ; Les pèlerins chanteurs : Jean-Paul, Gilles, Béatrice, Caroline et Charles

Paroles

 

Si le vent nous révèle les secrets de l'Eveil, alors pousseront nos ailes sur la Voie de Compostelle. Que le vent nous murmure le chant de la nature, afin que nos pas s'assurent un chemin vers l'azur. Que le vent nous pardonne de n'être que des hommes, qui jamais ne s'abandonnent à l'Amour qui se donne. Que le vent nous libère de nos stériles guerres, de toutes nos colères pour revenir vers le Père. .Que le vent nous inspire dans l'éclat d'un sourire, un nouveau monde à bâtir le chemin d'avenir. Que le vent nous révèle les secrets de l'Eveil, pour que poussent nos ailes sur la Voie de Compostelle..

 

 A Compostelle

Paroles et Musique :; Anne Sylvestre

Interprétée par Anne Sylvestre

Orchestrations et direction musicale : François Raube

Paroles

 

Qu'est-ce qui te pousse ?
Quelle est la secousse ?
Qui a décidé pour toi de ce chemin ?
La source vive
Celle qui te motive
A-t-elle jailli d'un seul coup sous ta main ?
Pour que ta quête
Un jour te projette
Tout seul sac au dos en humble pèlerin
Pour que ton rêve
Aujourd'hui soulève
Autant de poussière en mon pauvre jardin

Refrain :
La route est longue jusqu'à Compostelle
Pour qu'on s'y attelle
Faut avoir du cœur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

Bien que je sache
Que rien ne m'attache (Et)
que je pourrais suivre aussi la même voie
C'est ds ma tête
Que toujours secrète
Se trace la route où je m'en vais parfois
La marche lente
S'étire et serpente
Je tangue et chemine le long des coteaux
Mais mon voyage N'est fait que de mirages
O toi pèlerin prête-moi ton manteau

Refrain

Pour qu'on s'y attelle 
Faut avoir du cœur 
Le temps n'est plus de faire mes bagages 
Le pèlerinage 
Me fait toujours peur 
S'il est d'usage 
Comme au Moyen Âge  

D'envoyer quelqu'un à sa place marcher, 
Dans tes prières 
Sois mon mandataire 
De mon catéchisme, j'ai tout oublié 
Les paysages 
Seront les bagages 
Que tu garderas au fond de tes yeux clairs 
Sous quelques toiles 
À la belle étoile 
Tu feras ton lit dans la douceur de l'air

Refrain

Sur cette route 
Tu feras sans doute 
De belles rencontres. On te tendra la main 
Et dans les gîtes 
Où parfois on s'abrite 
Tu ne seras qu'un parmi d'autres humains 
D'un pas tranquille, 
Villages et villes 
Défileront comme grains de chapelet 
Si tu trébuches 
Ne crains pas les bûches 
Cette marche est bien celle que tu voulais 

Refrain 

Quand la dernière 
Des pluies printanières 
Aura baptisé ton voyage fervent 
Et quand plus vite 
Tes pieds qui méditent 
T'auront emmené encor plus loin devant 
Va faire escale 
Auprès des cathédrales 
N'oublie pas surtout de bien les saluer 
Pour moi qui reste 
Sans faire un seul geste 
Et qui ne suis qu'une nomade arrêtée 

Refrain

 

 De Kazan à Compostelle

Paroles de :

Musique ;

Interprétée : Chœur Montjoie Saint Denis

Paroles :

 

 

 La Route les Frangines

Auteurs ; compositeurs : Les Frangines https://www.facebook.com/Les-Frangine...

Arrangements : Joseph Noia http://josephnoia.com

Enregistrement ; mixage : Up Line Studio http://www.uplinestudios.com.

Réalisation du clip : Quiterie Dehen

 

 

Paroles

 

cet enregistrement est soumis à des droits

 

 

Je me rappelle ces jours de liesse, 
Où l’on partait vers l’innocence, 
Sur les chemins, le pas pressé et fier, 
Je me rappelle ces longs chemins dont on ne voyait pas la fin, 
Ces douces rencontres au goût de miel, ce vent si pur cette mer si belle. 
Je me rappelle de nos chansons, de ces décors aux vastes horizons 
De nos sourires, de nos douleurs, 
De nos soupirs et de nos peurs. 

Vagabondes, nos âmes ont pris la route, 
Adieu cœur desséché on trouv’ra bien d’quoi 
t’arroser, 

Adieu colère, adieu désirs amères, 
On a opté pour la folie passagère !
 
 

Nouveaux rivages sans grillages, 
Nouvelles terres sans barrières, 
La route nous mène, où le vent nous entraîne, 
Prenons-nous la main, et oublions demain, 
La route nous guidera, on verra bien là-bas

Là-bas fleurissent les rêves et les chimères, 
Là-bas les rêves n’ont pas de frontières, 
Là-bas c’est l’inconnu, c’est la route qui 
t’appelle, 
Là-bas tu n’connaîtras pas d’aube plus belle ! 
Là-bas c’était hier, là bas, c’est éphémère, 
A quand le doux retour de nos folies passagères ? 

Vagabondes, nos âmes ont pris la route, 
Adieu cœur desséché on trouv’ra bien d’quoi 
t’arroser, 
Adieu colère, adieu désirs amères, 
On a opté pour la folie passagère ! 

 

 

Le pèlerin de Compostelle

Paroles , Musique Christian JOSEPH

Interprétée  par Christian JOSEPH

Paroles :

 

 

 

 Les chemins de Compostelle

Paroles et Musique ; Bernard Marly

Interprétée par Bernard Marly

 


 

 Les trois routes . E Ultreïa

Composé pour les Scouts d'Europe en route vers Compostelle en 1999

Par : Jean-Luc d'Assas, Association des Guides et Scouts d'Europe

Paroles

 

E Ultreïa, E Ultreïa, E Ultreïa, E Ultreïa,
Santiago, Santiago,
De Vézelay, du Mont-Saint-Michel au Puy-en-Velay, Ostabat.

Nous marchons tout le long des grèves
Par saint Jacques le Majeur en avant.

 

Nous allons par les monts de France
Par saint Martin de Touraine en avant.

 Nous chantons à en perdre haleine
Sainte Cécile écoute nous, en avant.

Nous t'invoquons dans nos prières
Marie-Madeleine soutiens nous, en avant.

 

 Pelgrimslied

Paroles et Musique : Robert la Boresa avec l'aide de Dauwvoeter

 

 


 

 Santiago de Compostela  Mélodie du Silence Sur les chemins de Compostelle

Paroles et Musique ;

Interprétée par Oldarra Choeur d'hommes du Pays Basque

Paroles :

 

 

 Santiago de Compostela  Paz de Santiago

Paroles et Musique ; Luis Pastor

Interprétée par Joäo Afonso

Paroles

 

Bebo tus ojos
beso tus labios
te respiro
Beso tus ojos
bebo tus labios
te rehablo

Paz peregrina
de Santiago
Ave de paso
Canto que vuela
Bebo tus ojos
En el ocaso

Bebo tus ojos
beso tus labios
te respiro
Beso tus ojos
bebo tus labios
te rehablo

Paz peregrina
de Santiago
Luna viajera
Ave de paso
Canto que vuela
Bebo tus ojos
En el ocaso

Louca ternura
Beso tus labios
Bebo tus ojos
Paz de Santiago

 

 Sur le chemin de Compostelle

Paroles et Musique : Paul Schaak

Interprétée par Paul Schaak

Orchestration  : Tony Rallo

Paroles :


 

 

 Ultreia Le chant des Pèlerins de Compostelle

Paroles (les 3 premiers couplets ) et  Musique : J. Claude Bénazet ; le refrain est un emprunt à la chanson Dum Pater Familias du XIIè siècle
Cette chanson est devenue très populaire auprès des pèlerin.e.s. Elle est devenue "LA" chanson des pèlerins.
Victime de son succès et au grand dam de son créateur, différentes autres versions sont chantées : la plus répandues a 8 couplets.
Il en existe une de 4 couplets (le 4ème de Periotac ) et une de 5 . Une autre version des couplets 2 et 3 a été proposée par Bernard Dehomme. On pourrait comparer le phénomène aux multiples versions  de la Grande Chanson des pèlerins au XVIè-XVIIè siècle...

Plus de détails peuvent être trouvée sur l'article : "A propos du Chant des pèlerins de Compostelle" de J.Cl.BENAZT et de ses variantes"
De nombreuses interprétations sont publiées sur You Tube sans autorisation de l'auteur.

1ère Interprétation : Jean Claude Bénazet accompagné à la guitare parJosé IgnacioToquero

2ème interprétation par Coro Vox Vitae sous la direction de Jorge L. Colino

Paroles

 

Refrain : .

Ultreïa, ultreïa ! Et sus eia

Deus, adjuva nos!

 

Tous les matins nous prenons le chemin,

tous les matins nous allons plus loin,

jour après jour la route nous appelle,

c'est la voix de Compostelle.

 

Chemin de terre et chemin de foi,

voie millénaire de l'Europe,

la voie lactée de Charlemagne,

c'est le chemin de tous les jacquets.

 

Et tout là-bas au bout du continent,

messire Jacques nous attend

depuis toujours son sourire fixe

le soleil qui meurt au Finistère

 

Couplets 2 et 3 remaniés par Bernard Delhomme

 

 

 

 

 

 

 

2. Chemin de foi, chemin de terre,

de l'Europe la voie millénaire,

de Charlemagne la voie lactée,

c'est le chemin de tous les jacquets

 

 3. Et tout là-bas au bout du continent,

messire Jacques nous attend

depuis toujours son sourire éclaire

le soleil qui meurt au Finistère.

Couplets 4 à 8 (auteur inconnu)

 

Le texte est inspiré de la prière de la liturgie des heures pour la fête de saint Antoine (1)
 

Va pèlerin va sur ton chemin

prends ta part de soleil et de poussière,

le cœur en éveil à la nature si belle,

sur la voie de Compostelle.

 

Jeune ou vieux toujours prêt à partir,

à marcher sur les pas de notre Dieu,

comme un oiseau volant à tire d'aile,

sur la voie de Compostelle.

  

N'attache pas ton cœur à ce qui passe,

ne te repose pas dans tes oeuvres,

garde en ton cœur la Parole éternelle,

c'est la voix de Compostelle.

 

Prépare ton cœur et marche dans la joie,

plein d'ardeur, rempli d'espérance,

Dieu t'attend à l'ombre d'une chapelle,

sur la voie de Compostelle

 

Ton Dieu lui-même marche avec toi,

mets tes pas dans les pas de tes frères,

abreuve-toi à la bonne nouvelle,

c'est la voix de Compostelle.

.

Prière de la liturgie des heures(tropaire de l'office des lectures) pour la fête de Saint Antoine

 

Va, pèlerin, poursuis ta quête ;
va ton chemin
,
que rien ne t’arrête
.

 

Prends ta part de soleil
et ta part de poussière ;
le cœur en éveil
,
oublie l’éphémère.

 

Tout est néant :
rien n’est vrai que l’amour.
N’attache pas ton cœur
à ce qui passe
.

 

Ne dis pas : j’ai réussi,
je suis payé de ma peine.
Ne te repose pas dans tes œuvres :
elles vont te juger.

 

Garde en ton cœur la parole :
voilà ton trésor.

Tout est néant :
rien n’est vrai que l’amour.

 

(1) https://www.pelerin.com/Pelerinages/
Prieres-chants-et-meditations-pour-le-chemin/Prieres-pour-le-pelerin-en-chemin/
Va-Pelerin

Couplet 4 de Periotac (Pierre Catoire)
 

Quand l'amitié estompe le doute

Dans un élan de fraternité

On peut alors reprendre la route

Et s'élever en toute liberté

 

www.webcompostella.com/wp-content/uploads/2015/05/ultreia.pdf

Couplet 4 et 5 (auteur inconnu)
 

A chaque pas, nous devenons des frères

Patron St Jacques, la main dans la main

Chemin de Foi, chemin de lumière

Voie millénaire des pèlerins.

 

Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos !

 

Mr St Jacques écoutez notre appel

Des Pyrénées à Compostelle,

Dirigez nous du pied de cet autel,

Ici-bas et jusqu’au Ciel

 

http://www.chemin-arles-en-lr.com  

 

 Vers Comppostelle

Paroles : Léo Gantelet

Interprétée par Léon Gantelet

Arrangement et piano : Sylvain Vallet

Paroles

 

Je suis un pèlerin qui pèlerine
A travers les vallons et les collines
Qui va jour après jour, la vie est belle,
Vers les trésors promis à Compostelle

Parfois sur le chemin y’a des cailloux.
D’la boue et d’la poussière et puis des trous
Sous le soleil brûlant comme l’enfer
J’ai l’âme et le cerveau tout à l’envers

 Mais souvent y’a aussi beaucoup d’étoiles
Quand la nuit d’encre a déployé son voile
Alors mon cœur bondit dans ma poitrine
Je me sens tout ému et j’hallucine

 Je repense à tous ceux que j’ai laissés
Dans mon pays là bas tout angoissés
Si de tous les bourdons j’ai le plus beau
J’ai aussi le plus lourd sous mon chapeau

 Je vois des pèlerins des pèlerines
Qui tout autant que moi courbent l’échine
Mais le soir au bercail on fait la fête
Avec trois pots de vin et deux galettes

Je suis un pèlerin qui pèlerine
A travers les vallons et les collines
Qui va jour après jour, la vie est belle,
Vers les trésors promis à Compostelle

Parfois sur le chemin y’a des cailloux.
D’la boue et d’la poussière et puis des trous
Sous le soleil brûlant comme l’enfer
J’ai l’âme et le cerveau tout à l’envers

 Mais souvent y’a aussi beaucoup d’étoiles
Quand la nuit d’encre a déployé son voile
Alors mon cœur bondit dans ma poitrine
Je me sens tout ému et j’hallucine

 Je repense à tous ceux que j’ai laissés
Dans mon pays là bas tout angoissés
Si de tous les bourdons j’ai le plus beau
J’ai aussi le plus lourd sous mon chapeau

 Je vois des pèlerins des pèlerines
Qui tout autant que moi courbent l’échine
Mais le soir au bercail on fait la fête
Avec trois pots de vin et deux galettes

 

 Walking the Camino

Paroles  et interprétation : Tobias Panwitz

 

 

CHANSONS ANCIENNES

 

 Congaudeant Catholici

Paroles et Musique : de Maître Albert de Paris , Codex Calixtinus (XIIème siècle)

1ère interprétation : Evo et le choeur L'Almodi
Evo :Efrén López Sanz: Hurdy Gurdy ; Laia Puig Olives: Alto Recorder ; Pau Marcos: Vielle ; Miriam Encinas Laffitte: Vielle.
Choeur L'Almodi : Ruth González i Queralt: Soprano ;Amparo Maiques Fernández: Soprano ;Carla García Mayer: Alto ;Adriana García Mayer: Alto

2ème interprétation : Ochote Ardua  : Maria Jesús Ventura de Oteiza , Alberto Tejerina , Rafael Ordaz et Felix Goñil

 

 

Congaudeant catholici,
letentur cives celici

 

(Refrain:) die ista

 

Clerus pulcris carminibus
studeat atque cantibus.

 

(Refrain:) die ista

 

Hec est dies laudabilis,
divina luce nobilis.

 

(Refrain:) die ista

 

Vincens herodis gladium,
accepit vite bravium.

(Refrain:) die ista

 

Qua iacobus palatia,
dit ad celestia.

 

(Refrain:) die ista

 

Ergo carenti termino
benedicamus domino

 

(Refrain:) die ista

 

Magno patri familias
solvamus laudis gratias.

 

Deo dicamus gracias

 

 

 Dum Pater Familias

Paroles et Musique :Codex Calixtinus (XIIème siècle)

Interprétée par l'Ensemble Cum Jubilio : Angélique Greuter,  Sarah Richards,  Laurence Esquieu,  Catherine Ravenne , Carole Matras ,Catherine Ravenne sous la direction de   Catherine Ravenne

2ème interprétation : Carlos Núñez, Xurxo Nuñez y el Ensamble de Organistrums e instrumentos medievales de la Orquesta de Instrumentos Autóctonos y Nuevas Tecnologías Untref dirigida por Alejandro Iglesias Rossi en el Teatro Coliseo de Buenos Aires.

Paroles

 

 

1. Dum pater familias

Rex universorum

Donaret provincias

Ius apostolorum

Jacobus Yspanias

Lux illustrat morum.

Primus ex apostolis

Martir Jerosolimis

Jacobus egregio

Sacer est martyrio

2. Jacobi Gallecia

Opem rogat piam

Glebe cuius gloria

Dat insignem viam

Ut precum frequentia

Cantet melodiam :

Herru Sanctiagu

Grot Sanctiagu

E ultreya e suseya

Deus adjuva nos

Primus ex apostolis ...

3. Jacobo dat parium

Omnis mundus gratis

Ob cuius remedium

Miles pietatis

Cunctorum presidium

Est ad vota satis.

Primus ex apostolis

4. Jacobum miraculis

Que fiunt per illum

Arctis in periculis

Acclamet ad illum

Quiquis solvi vinculis

Sperat propter illum.

Primus ex apostolis ...

5. O beate Jacobe

Virtus nostra vere

Nobis hostes remove

Tuos ac tuere

Ac devotos adhibe

Nos tibi placere.

Primus ex apostolis ...

6. Jacobe propicio

Veniam speremus

Et quas ex obsequio

Merito debemus

Patri tam eximio

Dignas laudes demus.

Primus ex apostolis ...

 

 

 

 La chanson du devoir du pèlerin

Références bibliographiques : Alexis SOCARD, Noëls et Cantiques imprimés à Troyes, 1865, pp. 81-85, livre numérique  téléchargeable en format PDF sur https://books.google.be/books?id=qr5IAQAAMAAJ&printsec=frontcover&hl=es&source=gbs_atb#v=onepage&q&f=false

Datation : probablement du XVIIIe siècle

Musique : initialement sur l'air "Or sus, peuple de France",
puis sur l'air de "Je vendis ma calebasse

Ici interprétation de et par Gunter Scholler

Paroles

01. Pour à Dieu satisfaire,

Des maux que j'ai commis,

Je désire voeu faire,

Malgré mes ennemis;

A saint Jacques l'Apôtre,

En Galice honoré,

Où le Seigneur Dieu nôtre,

En lui est adoré.

 

02. Implorons la hautesse

De Dieu souverain Père,

Je tiendrai ma promesse,

Ainsi comme je crois;

D'une âme vertueuse,

Je m'en vais pour le mieux,

Et qu'enfin bienheureux,

J'ai un retour joyeux.

 

03. Avant que je m'en aille,

Il faut penser à moi,

Je romprai la muraille,

Qui me retient en moi;

C'est le temps de l'offense;

Où je suis renfermé,

Tant que par pénitence,

Sois en bien confirmé.

 

04. Des choses nécessaires,

Il faut être garni,

A l'exemple des pères,

N'être pas défourni;

De Bourdon, de Mallette,

Aussi d'un grand chapeau,

Et contre la tempête,

Avoir un bon manteau.

 

05. Je défendrai ma vie,

Etant ainsi orné,

De la cruelle envie,

Du serpent animé;

Qui toujours en embûche,

Et pour nous décevoir,

Nonobstant son astuce,

Je ferai mon devoir.

 

06. Ruminant mon voyage,

Ce qu'il contient en soi,

J'aurai en ce passage

L'arme de vive foi;

Le bâton d'espérance,

Ferré de charité,

Revêtu de constance,

D'amour et chasteté.

 

07. D'achever l'entreprise,

J'ai le coeur désireux,

Quand j'aurai la voie prise,

Je fermerai les yeux,

Du voile de prudence,

Afin de ne voir plus

Du monde l'insolence,

L'erreur et les abus.

 

08. J'avois perdu mon maître,

Mais je l'ai recouvert,

Avec lui je veux être,

Parce qu'il m'a couvert,

Du manteau de bonnes oeuvres,

Me donnant ses trésors,

Que je porte à toutes heures,

Tant dedans que dehors.

 

09. J'ai la Bourse et Mallette,

Où ils sont renfermés,

Et toutes choses honnêtes,

Parfois sont employées;

D'eau de vive fontaine,

Pour me soulager,

Ma calebasse est pleine,

Me souvenant du danger.

 

10. Allons par compagnie

A Saint-Jacques le Grand,

Quant à moi j'ai envie

De passer plus avant;

Plusieurs pèlerinages

Faisaient nos pères vieux,

Et de ces saints voyages

Estoient fort désireux.

 

11. Aucuns poussés de zèle

Alloient à Montserat,

Pour y voir la Pucelle

Qu'au peuple servira;

Qui va en cette place,

Ores soit il pécheur,

Toujours il trouve grâce

Envers Notre-Seigneur.

 

 

12. Oui, de coeur et pensée,

De ce lieu serviteur,

J'ai la voie passée

Pour à Saint-Salvateur,

Aller voir les reliques

De ce célèbre lieu,

Des corps saints et pudiques

Amis de notre Dieu.

 

13. N'appréhendons la peine,

Ni le labeur aussi,

Car ce n'est chose vaine

De travailler ainsi;

Si vous désirez vivre

Au ciel heureusement,

Les peines il faut poursuivre

De votre sauvement.

 

14. De votre volonté bien sainte,

Il faut servir à Dieu,

Sans aucune contrainte,

De ce terrestre lieu;

Délaissant père et mère,

Et parents et amis,

Pour mériter la gloire,

Ainsi qu'il est promis.

 

15. D'une âme libre et sainte,

Renoncez aux plaisirs,

Que vous preniez en France,

Or vous aurez loisir;

Cheminant en Espagne,

Bien que maintes montagnes

Il vous faudra monter.

 

16. En ces tristes demeures,

Vous n'aurez pas souvent

Pain et vin à vos heures,

Quand n'aurez pas de l'argent;

De coucher sur la dure,

Ne vous ennuyez pas,

Quoique déjà vous dure,

Même jusqu'au trépas.

 

17. Pensez, je vous supplie,

De quel contentement

On a l'âme ravie,

Quand bien et saintement,

L'on peut à Compostelle,

Ses faits purifier,

Et dans l'Eglise belle,

Son coeur sacrifier.

 

18. De coutume ancienne,

On y prend la portion,

Mangeant le pain des Anges,

Par grande dévotion;

Qui descendit du Ciel,

Pour notre salvation,

Rendant mille louanges,

Au grand Roi immortel.

 

19. Puis après une chose,

Qui ne veut séjourner,

Un chacun en dispose,

A vouloir retourner;

Lettres de témoignage,

Et d'attestation,

Qu'on prend en ce voyage,

Pour la confession.

 

20. Qui fait ce saint voyage

Peut beaucoup mériter,

Mais si d'esprit volage,

Il s'en voulait vanter,

Ne lui prête l'oreille,

Corrigeant doucement,

Soit qu'il veuille ou ne veuille,

Son coeur très promptement.

 

21. S'il voulait par audace

A tous les préférer,

Faut qu'il entende et sache

Cela se référer;

A Dieu première cause,

Auteur de notre bien,

Et que l'orgueil nous cause

Nos faits ne valoir rien.

 

22. Prions Dieu par sa grâce,

Nos prières ouir,

Là sus au Ciel nous fasse

Après la mort jouir

De sa vision sainte,

Et que par son amour,

Vivions selon sa crainte,

Jusques au dernier jour.

 

 

 

 La grande chanson des pèlerins de saint Jacques

Le texte ci dessous de la la chanson est copié du livre de Alexis SOCARD, Noëls et Cantiques imprimés à Troyes, 1865, pp. 75-78, livre numérique  téléchargeable en format PDF sur https://books.google.be/books?id=qr5IAQAAMAAJ&printsec=frontcover&hl=es&source=gbs_atb#v=onepage&q&f=false

Datation : Il existe de nombreuses versions de cette chanson : la Fondation David Parou en donne 5 différentes datant du XIVe au XVIIe siècle : https://www.saint-jacques.info/gdechansred.html .

Interprétée par l'Ensemble E Oxyton : Augusto de Alencar, Michel Gendre, Emmanuelle Huteau et Elsa

Enregistrement, Montage et Edition : Augusto s de Alencar

Interprétée aussi par L'Ensemble Discantus sous la direction de Brigitte Lesne

Paroles

 

ce dernier enregistrement est soumis à des droits

 

 Pour avoir mon Dieu propice Chanson  : dite des "Rossignols" ou de Valenciennes

Musique et paroles originales  probablement de Pierre Philippe (d'après : DAUX Camille, Les chansons des pèlerins de Saint-Jacques. (Paroles et musique) avec introduction, notes critico-historiques, Montauban, 1898, p28, [Reproduction numérique au format pdf de l’intégralité de l’ouvrage sur Gallica)

Datation : antérieure à 1616 car présente dans le livre : Les Rossignols spirituels. Valenciennes, 1616

1ère interprétation par l'Ensemble Discantus sous la direction de Brigitte Lesne (2015)

2ème interprétation par Marie-Virginie Cambriels , Christophe Deslignes et Michel Grébil (2004)

Paroles

cet enregistrement est soumis à des droits

 

extrait du CD "Un chemin d'étoiles, un voyage poétique et musical vers Saint Jacques de Compostelle" (2004)

publié avec l'aimable autorisation de l'Association Orion
Tous droits réservés

http://www.chemindecompostelle.com/
LivresCoupDeCoeur/LivresMVC/
CheminEtoiles.html

 

1. Pour avoir mon Dieu propice,

Fis vœu d'aller en Galice, (bis)

Voir le Saint Jacques le Grand,

J'entreprins cet exercice,

Non pas comme un faisnéant.

 

  Refrain

Prions la Mère de grâce

Qu'elle prie son enfant

Qu'au ciel puissions avoir place

Près de Saint Jacques le Grand.

 

2. Devant me mettre en voyage,

Je fis comme un homme sage:

M'estant deument confessé,

Je receus pour témoignage

Un escrit de mon curé.

 

3. Je pris mon Ange pour guide,

Et Nostre-Dame en mon aide,

Et puis Saint Jacques le Grand:

La crainte de Dieu pour bride

Et mon patron pour garand.

 

4. J'avais au col une image,

Et pour frayer le passage

Un beau bourdon à la main,

Un chapelet pour soulage

Et compagnon de chemin.

 

5. A la seconde journée.,

Sur la fresche matinée.,

Nous arrivasmes à Paris,

C'estoit fête commandée,

Ce pourquoi messe j'ouis.

 

6. Ce nous estoit d'ordinaire

De faire nostre prière

Avant sortir du matin;

Faisant la croix salutaire,

Nous nous mettions en chemin.

 

7. Tout nostre pèlerinage,

Par beau temps ou par orage,

Avons le Seigneur bénit;

Encor que sous un feuillonge

Nous deussions passer la nuict.

 

8. Si quelque bonne personne

Nous donnoit parfois l'aumosne,

Nous la prenions de bon cœur;

Puis d'une affection bonne,

En bénissions le Seigneur.

 

 

9. Parmi les monts et prairies,

Nous chantions la Litanie,

Ou quelque bonne chanson,

Et racontions à l'envie

Ce que nous sçavions de bon.

 

10. Jamais en ma compagnie

Je n'ouys quelque infamie,

Ny quelques propos meschans.

Nous menions joyeuse vie,

Bon pied, bon œil, en tout temps.

 

11. Quand nous vinsmes à une mille,

Près de la fameuse ville

Monsieur Saint Jacques le Grand,

Je me sentois plus habile

A cheminer que devant.

 

12. Quant nous vinsmes au pont qui tremble,

Nous étions bien trente ensemble,

Tant de Walons qu'Allemans,

El nous disions: S'il vous semble,

Compagnons, marchez devant.

 

13. Quand nous vinsmes en Compostelle,

Nous entrasmes pesle-mesle

Dedans l'église de Dieu,

Pour honorer d'un grand zèle

Monsieur Saint-Jacques en ce lieu.

 

14. Après qu'aucunes journées

Se sont ainsi éscoulées,

Nous retournâmes joyeux,

Ceux-cy vers leurs contrées

Et ceux-là en autres lieux.

 

15. Tout ce grand pèlerinage

Se passa d'un grand courage,

Avec tout contentement,

Pour avoir en mon voyage

Servy Dieu premièrement.

 

 

 Yann Derrien Santiago de Compostela

De très nombreuses variantes de cette chanson existent : le site  "Chansons de tradition orale en langue bretonne "(https://to.kan.bzh/chant-00256.html) en recense déjà 14.
D'après la "Fondation David Parou "(
http://www.saint-jacques.info/chansonsMV.html) cette chanson "recueillie par les folkloristes du XIXe siècle pourrait, par sa forme, dater du XVIe siècle"

Paroles : Carlos Nunez  et Gilles Servat

Musique : Carlos et Xurxo Nunez

Interprétée par Eimear Quin

sur l'album "Un Galicien en Bretagne)

Paroles

 

 

Yann Derrien cesse de t'effrayer
Ne suis ni diable ni malin non plus
Je suis ta mère, ne peux te retenir
A Sant Jakez j'avais promis d'aller

Refrain
Long si long est le chemin qui mène à Compostelle
Sept sortes de langages il te faudra parler
Onze sortes de démons aux morsures mortelles
Tu devras rencontrer avant d’y arriver

Sur le chemin de son pèlerinage
Trouve un grand chien aussi noir que l'enfer
Yann Derrien, renonce à ton voyage
Ou tu seras jeté au fond des mers

Refrain

Oh Sant Jakez, étoile de Galice
Faites un miracle et je serai sauvé
Aussitôt fut défait le maléfice
A Compostelle il était arrivé

Refrain

Et les trois âmes il a délivré
L’âme de son père
L’âme de sa mère
Et aussi sa propre âme

mis en ligne 2/01/2019 ; mise à jour le 20/01/2019