balise européenne vers compostellePELERINAGE A COMPOSTELLE ET HUMOUR

PLAN DU SITE | Bienvenue | Motivations | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques | Pèlerinage et humour | Vidéos pour découvrir | Chansons de Compostelle | Les patronages de saint Jacques | Que penser de la marche | Conseils pratiques | La credencial | Adresses et liens | GENEALOGIE | RANDONNÉE | Nous contacter
 

 

 


1.
Dessin de Quino
"Un entraînement préalable et une planification personnalisée sont essentiels pour la préparation.../...Si vous choisissez de faire le Chemin à pied, vous devez vous entraîner " (1)

(1) Le chemin de Saint-Jacques, Préparation physique et mentale, En ligne sur le site de la Xunta de Galicia : https://www.caminodesantiago.gal/fr/preparez-vous/preparation-physique-et-mentale , consulté le 30/10/2020
 

2.
Dessin  de Pierre KROLL, propriété de Pierre SWALUS
"Ce pèlerinage a gardé son principe originel : il se fait à pied jusqu'au tombeau de saint Jacques depuis près de 1000 ans !" (1)

(1) Anonyme, Compostelle, en ligne sur le site "La Croix,  Croire" : https://croire.la-croix.com/Definitions/Sanctuaires/Compostelle , consulté le 30/10/2020
 

3.
Dessin  de Pierre KROLL, propriété de Pierre SWALUS
"Le chemin de Compostelle ressemble, tôt ou tard, à un chemin de croix" (2)

(2) Pierre GENIN, Pèlerin de Saint-Jacques, lève-toi et marche, Editions Mols, 2006, p. 62
 

Les dessins qui suivent sont de Bernard CHAPUZET, Pérégrinations; Petit guide ironique du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, O.T.S.I de Belin-Beliet, 1988

Les citations qui accompagnent les dessins ont été pour partie choisies par Bernard Chapuzet

Nous le remercions vivement de nous avoir autoriser à reproduire ici son travail

 

4.
"Ainsi marchaient les pèlerins que la langue populaire appelait plus volontiers Jacquats,Jacquets, Jacquaires, Jacobites, Saints-Jacquaires (3), Jacobipètes..." (4)

(3) Jean SECHET, Saint Jacques et les chemins de Compostelle, Ed. Fernand Langre, 1981
(4) Alphonse DUPRONT, Saint-Jacques de Compostelle. Puissance du pèlerinage, Brepols, 1985
 

5.
"De façon générale, deux grands types de motivations ont entraînés les pèlerins : le salut de l'âme ou la recherche d'une  faveur matérielle, le plus fréquemment la guérison corporelle" (5)
 
(5) Alphonse DUPRONT, op. cit.
 

6.
"Le désir de voir du pays, de fréquenter les cours étrangères ou de prouver sa valeur amena, vers la fin du Moyen-Âge, le développement d'un nouveau type de pèlerinage qu'on peut appeler, bien que le mot soit anachronique, touristique" (5)

(5) Alphonse DUPRONT, op. cit.
 

7.
"Le Moyen-Âge vit se développer une catégorie de pèlerins par procuration. Ce qui importait, en effet, était l'accomplissement matériel du pèlerinage, quelle que fût la personne qui entreprenait celui-ci. Pour accomplir ces voyages, on vit se former une catégorie de pèlerins professionnels, payés par contrat à chaque voyage.(5)

(5) Alphonse DUPRONT, op. cit.
 

8.
"Le Moyen-Äge a vu un nombre relativement important de pèlerins à qui le voyage a été imposé comme pénitence, et non librement choisi" (5)
"Certains pèlerins ainsi condamnés doivent marcher enchaînés pour aggraver leur pénitence" (6

(5) Alphonse DUPRONT, op. cit.
(6) BARRET & GURGAND, Priez pour nous à Compostelle, Hachette, 1978
 

9.
"Des soi-disant pèlerins quittent leurs parents et leur famille, contre leur gré, laissant leurs femmes et leurs enfants sans aucun secours et , suivant l'esprit de libertinage qui les a inspirés, passent le cours de leur pèlerinage en une débauche continuelle" (5)

(5) Alphonse DUPRONT, op. cit.
 

10.
"Mille et mille et mille étoiles font de Saint-Jacques le chemin..." (5)

(5) Alphonse DUPRONT, op. cit.
 

11.
"Les Pyrénées franchies, c'est l'indispensable et exaltante épreuve de la marche à l'ouest. Course solaire à la vérité, le soleil dans le dos le matin, puis à gauche à mesure que grandit l'après midi..."(5)

(5) Alphonse DUPRONT, op. cit.
 

12.
Les Landes
"C'est un pays dépourvu de tout, de pain , de vin, de viande, de poissons, d'eau, de sources. L'habitat y est clairsemé" (7)

(7) Livre IV du Codex Calixtinus dans  Bernard GICQUEL, La légende de Compoqtelle. Le livre de saint Jacques, Tallander, 2003
 

13.
Les Landes
"En été il faut préserver soigneusement son visage des mouches énormes, appelées guêpes ou taons, qui y pullulent" (7)

(7) Bernard GICQUEL, op. cit.
Bégon : allusion  à Bégon de Belin qui fut propriétaire  du duché de Gascogne
 

14.
Les Landes
"Et faut prendre garde où l'on met son pied, on aura tôt fait de s'enfoncer jusqu'au genou dans le sable qui est partout" (7)


(7) Bernard GICQUEL, op. cit.
 

15.
à Mons
"Cette fontaine est consacrée à saint Clair. C'est un lieu de pèlerinage très fréquenté où les fidèles viennent par milliers boire et se laver les yeux" (8)

(8) Gaillard (Abbé), Deux paroisses de l'ancien temps, Michel et Forgeot, 1909
 


16.

" En 778, l'arrière garde de Charlemagne, surprise dans les gorges de Roncevaux, fut écrasés par les Vascons. Très probablement, Belin était alors le premier camps fortifié après les frontières d'Espagne..Les Francs s'y arrêtèrent et c'est là qu'ils ensevelirent Olivier, l'amis de Roland, Gondebaud, Ogier, Arastagnus, Garin et plusieurs autres guerriers. La vénération populaire veille pieusement sur ces restes sacrés. Trois cents ans plus tard, dit-on, ils exhalaient une odeur très suave à travers les parois du sépulcre et les pèlerins qui allaient à Saint-Jacques s'arrêtaient à Belin pour respirer cette odeur" (8)


(8) Gaillard (Abbé), op. cit.

 


17.
"D'une relique à un sanctuaire, le marcheur n'a que faire de la ligne droite. L'homme du Moyen-âge s'accommode de tous les détours, de tous les zigzags."(6)

(6) Barret & Gurgand, op. cit.
 

18.
"L'obstacle le plus régulier, le plus prévisible et l'un des plus dangereux, reste le franchissement des rivières. Là où les ponts existent, les péages sont coûteux; ailleurs, il faut passer à gué ou se livrer au bon vouloir des passeurs ." (6)

(6) Barret & Gurgand, op. cit.
 

19.
"Au XVème siècle, le collet du chaperon s'élargit et couvre les épaules : c'est le mantelet qui s'élargit encore jusqu'à devenir une sorte de cape destinée à protéger du vent et de la pluie : cette pièce deviendra la pèlerine".(6)

(6) Barret & Gurgand, op. cit.
 

20.
"Aux pied, les pèlerins porte de forts brodequins ou des sandales. Le pèlerin entretient des rapports particuliers avec ses pieds. (6)

(6) Barret & Gurgand, op. cit.
 

    Page refaite et mise en ligne le 02/11/2020